Mes mails brouillons


Archive pour mai, 2011

Mes mails brouillons (3)

Je pensais qu’en te contactant la première tu serais heureux, mais tu as été encore plus froid que le silence qui nous entourait.

Je suis déçu, je te déteste et pourtant j’attends encore que tu dise que tu es désolé de t’être comporté de la sorte.

Je voudrais te frapper à coups de poings dans le torse, à la place du coeur pour que tu saches, que tu ressente la douleur que j’éprouve de part ta faute.

Il est trop tard pour une réponse de ta part, mais je ne désespère que demain tu me contacte.

Je fais un voeu avant de dormir, je t’attends demain.
 

Mail envoyé (5)

Occupé à prendre soin de toi, j’ai compris…

Mail envoyé (4)

Ce que j’ai appris sur toi?

Que tu n’en a rien à faire de moi!

Mail envoyé (3)

Tu me demande de ne pas être triste, si je t’ai aimé et si je t’aime encore?

J’avoue que je ne comprend pas très bien.

Je ne sais pas ce que tu attends de moi

Même si je t’aime, mon amour n’est pas ce que tu recherchais.

J’ai appris beaucoup ces derniers jours, de toi mais surtout sur toi.

 

 

 

Mail envoyé (2)

Aucune réponse de ta part.

Je ne m’attendais pas a cela, mais je crois que j’ai compris…

Oubli mon précédent mail.

Mail envoyé (1)

Un autre mail que je ne t’enverrai jamais … ou devrais-je?

J’ai attendu, attnedu, attendu, checker checker checker, mais rien de ta part.

Je n’ai vraiment plus aucune fierté, mais je me suis dis, que je devais te dire que tu es cruel, sachant que je ne connais rien à l’amour, que tu es le premier homme que j’aime et le premier à qui j’ai dis ces fameux mots…

Même si je suis différent, mauvaise, immature, egoist, … je ne pense pas mériter ce que tu m’a dis.

Je ne peux pas oublier tes mots et je lis et relis ce mail, mais sans savoir pourquoi, j’attends toujours.

Si tu attendais que je te contacte en premier, c’est fait, si tu veux dire adieux, alors fait-le, mais si c’est le cas alors dis moi comment t’oublier, parce que je n’y arrive pas.

 

Mes mails brouillon (2)

Jour 2 depuis la fin .

 

Mail 1:

Tu sais, hier, sur le chemin pour aller a la salle de sport, nous avons échappé de peu a un accident de la route, et cela a fini en bagarre.

Durant tout le temps ou j’attendais un mail de toi, je n’ai pas pensé à ce moment, mais j’ai eu très peur, et maintenant que j’y pense j’ai des nausées.

J’aurais souhaité que tu me contacte pour que je puisse te raconter ma journée et que tu me réconforte, que tu me sert dans tes bras et me dise que tout ira bien, c’est pas grand chose que je demande, non?

 

Mail 2:

Je ne pensais pas que se serait aussi difficile.
Je me dis que si j’avais eu de l’expérience plus jeune dans le domaine de l’amour …

 

Mail 3:

Je n’ai plus goût a rien, je me laisserai bien mourir, à quoi bon vivre quand …

Ah Je veux crier au monde entier que je me sent vide, mais mon amour pour toi, tu étais le seul a le connaitre, tu étais mon jardin secret.

Mail 4:

Je crois que je regrette de t’avoir connu, parce que je pressens que je vais souffrir plus que je n’ai eu de moments de bonheur. 

Et dire que je pensais « même si un jour il me quitte je serais heureuse d’avoir été aimé », foutaises, on reconnait bien là mon inexpérience…

J’ai peur de ne pas me remettre de ce chagrin, quelque chose résonne dans mon cœur, et ce bruit si strident, est insupportable.

 Mail 5:
Comme tu peux le remarquer je continu le même rituel qu’hier…

Je suis épuisée, mais je n’arrive pas a dormir, je pense que tu vas finir par me contacter, j’ai très mal dans le ventre, je ne sais pas a quoi est due cette douleur, mais alors que je devrais  me soigner, je pense que  peut être je mérite de souffrir.

Il est presque minuit, aucun mail dans ma boite de réception, je m’ennuie de toi, si intensément que je préférerai me disputer avec toi que de supporter ce silence intenable depuis 2 jours maintenant. Quoi? Seulement deux jours? Mais le temps ne passe pas, j’ai l’impression que tu m’a quitté depuis une éternité, j’ai besoin de savoir comment on fait pour vivre avec ce manque, cette douleur, j’ai besoin d’aide mais ne sais vers qui me retourner.

 

Mail 6:

Je pense et repense…
Je n’avais pas tort quand au tout début, je t’ai dit: « tu finira par te lasser de moi, tu ne prendra plus le temps de me répondre et puis tu finira par m’oublier ».

Oublier, tu m’a dit « tout a une raison » et la raison pour laquelle tu m’oubliera c’est parce que tu ne me connais pas. Je t’ai peut-être caché une ou deux choses sur ma vie parce que je sais qu’elles nous porteraient préjudice, mais j’ai toujours été sincère sur le reste.

 

Mail 7:

Je te parle a voix haute, je te fais des reproches, je te demande pardon, mais chaque fois que je dis Oppa, j’ai mal dans la poitrine.

 

Mail 8:

Ce que je souhaite tout de suite maintenant?

Que tu sorte que tu sois saoul et que tu m’envoie un mail dans lequel tu dirais tout ce que tu ressens, ta colère, tes espoirs, ta rancoeur, …

Je veux bien lire un horrible mail du moment qu’il est de toi.

 

Mail 9:

Il est minuit, nous somme vendredi, il est 18h chez toi, que se passera-t-il demain, je sens la fin des fins approcher…

Pour m’endormir, je serre très fort mon « Oppa Pillow »

mes mails brouillons (1)

Jour 1 depuis la fin .

Premier mail:
J’actualise mes mails toutes les deux-trois minutes, espérant voir apparaitre sur l’écran de mon téléphone cette fameuse phrase « téléchargement 1/1″, mais rien.

De neuf heure ce matin, à minuit passé j’ai actualisé mes mails presque autant que j’ai respiré.

Je me suis posé la question de savoir si toi aussi tu checkais tes mails comme moi? Est-ce que tu espères que je ferais le premier pas après notre conversation d’hier?

Et puis je me résous à croire que tu dois enfin te sentir libre, tranquille, tu dois enfin respirer, ne plus manquer d’air depuis que je ne te harcèles plus de mails, mais alors dis moi comment faire, parce que chaque fois que j’inspire, j’ai cette douleur dans la poitrine qui m’empêche d’expirer avant d’avoir vérifier ma boite de réception.

 

Second mail:
Je me surprend encore à t’écrire des mails sachant pourtant que tu as décidé de la fin de notre « histoire ». Je sais que c’est fini, et pourtant je n’arrive pas à contrôler mes doigts sur le clavier.

Là, juste à l’instant je me dis, « mais ma pauvre fille (même si je n’en suis plus vraiment une; enfin tout dépend de la manière dont je suis analysé), tu crois peut-être qu’il va pirater ta boite mails et lire tes brouillons? »

En fait, j’aimerai bien, je voudrais bien qu’il sache que je le déteste d’avoir dit ce qu’il a dit, mais que je ne peux me résoudre à le faire disparaitre de mon coeur, qu’il a été cruel, mais que je lui pardonnerai dès les premier mots que je lirais de lui.

Je ne demande pas la lune, juste un pardon, moi qui ai dis pardon des centaines de fois, pour moins que cela.

Mais je finirai par supprimer ce mail comme les dizaines que j’ai précédemment écrit, et puis personne ne saura ce que je ressens, ce que j’ai souffert, la déchirure dans mon coeur qui ne veux pas cicatriser encore (d’ailleurs je me demande combien de temps cela va prendre)

 

 Troisième mail:

Minuit passé, je sais qu’il ne sert à rien d’attendre à cette heure-ci, il est trop tard pour aujourd’hui, peut être même pour toujours.

Mais étrangement je continue d’actualiser mes mails chaque minute, voire même plusieurs fois par minute, en espérant que le sommeil me prenne par surprise pour stopper cet automatisme qui dure depuis des heures maintenant.

 

Quatrième mail:

Il est vraiment tard, je viens d’éteindre les lumières, assise dans la pénombre, je rédige ce dernier mail, tout en espérant que lorsque j’aurais fini de le rédiger ma boite de réception ne sera pas vide.

Oui parce que je pense au décalage horaire, si ici il est minuit passé, là bas il est a peine plus tard que dix-huit heure.

Et puis dans mon perpétuel espoir je me dis que si ma boite mail est vide ce soir peut-être que j’aurais la joie de te lire demain à mon réveil. En effet si comme moi tu te sens seul dans ton appartement cette nuit, je traverserai peut-être ton esprit…

Je vais arrêter de rêver et aller dormir, après avoir fait un tour dans ma boite de réception bien entendu!

 

Cinquième mail:

J’ai vérifier ma réception et… vide, rien, le néant.

Là je vais dormir pour de bon, je n’espère même plus te lire demain matin

PS: je suis une menteuse, je l’espère davantage!

 

Nos envies, Nos projets, No... |
Journal d'Emma |
petits mots etc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | piluchon
| A Secret Garden
| La vie d'une boulotte